Anticiper les risques de décès et/ou d’incapacité du chef d’entreprise sur l’outil professionnel

Le fonctionnement d’une PME est très souvent lié à la personne de son dirigeant.
Si une absence courte peut être gérée, une indisponibilité plus longue va poser des problèmes au quotidien sur la fonction de dirigeant et sur l’exercice des droits de vote.
S’il doit y avoir décès brutal du dirigeant, ce sera souvent synonyme de blocage total ou partiel.
Les conséquences de ces différents évènements sont connues : perte de revenu, perte de valeur de l’outil professionnel.
Nous avons heureusement aujourd’hui des outils à notre disposition pour anticiper ces différents événements.

Les stratégies d’encapsulement: Comment se constituer une caisse de retraite privatisée ?

Nous observons depuis début 2013 une rupture du consentement à l’impôt qui se traduit d’ailleurs par des recettes fiscales très inférieures aux prévisions budgétaires.
Parmi les stratégies qui répondent à ce ressenti, en oubliant évidemment celles qui sont illégales (économie souterraine), beaucoup d’entrepreneurs optent pour « l’encapsulement à l’IS ».
Ils limitent le revenu perçu au revenu nécessaire et conservent les excédents au sein de structures soumise à l’impôt sur les sociétés : société opérationnelle, société holding active et/ou animatrice ou encore société patrimoniale.

La prévoyance, probablement inutile et pourtant absolument obligatoire…

La prévoyance – qui couvre l’incapacité, l’invalidité et le décès – constitue la base de tout système de protection sociale. Si vous n’êtes pas assez riche pour devenir rentier, vous devez couvrir le risque d’une invalidité qui vous empêcherait définitivement de travailler. Si vous ne l’avez pas encore fait, vous figurez dans cette catégorie encore trop répandue des « kamikazes ayant été chanceux jusqu’à ce jour »…. ANALYSE PAR PIERRE YVES LAGARDE